PRÉCAUTIONS SANITAIRES ET CYBER, UN DÉFI CLÉ POUR LES HÔPITAUX

  • Post category:Infomations

Doté d’un budget d’un million de francs suisses et soutenu par l’agence Innosuisse, le projet CANDY développera et brevetera un scanner sans contact permettant d’identifier les personnes utilisant le schéma veineux de leurs mains. Le projet est une collaboration entre la start-up Global ID et l’Idiap Research Institute.

L’identification des empreintes digitales est souvent une bonne mesure de sécurité, mais dans les hôpitaux, cette méthode crée des problèmes sanitaires évidents. L’avantage de la technologie de reconnaissance des veines est qu’elle peut être sans contact. L’identification d’une personne se fait en lisant le schéma du réseau veineux de sa main, qui est également propre à chaque personne. L’imagerie des veines peut se faire de loin en utilisant le domaine de la lumière infrarouge proche. L’enjeu est de proposer un appareil capable de satisfaire des utilisateurs à la fois rapides et sécurisés. Le projet de recherche et développement entre la société Global ID et l’Institut de recherche Idiap améliorera cette technologie et leur permettra de la partager avec les professionnels de la santé.

Plus rapide, plus sûr et moins cher

«Notre objectif ultime est d’assurer un haut niveau de sécurité et de confidentialité des données, tout en résolvant les principaux problèmes des technologies biométriques existantes, tels que la fiabilité, la robustesse et les coûts élevés», explique Lambert Sonna, PDG de Global ID. Il ajoute: « Nous avons déjà créé un appareil capable de scanner à travers un gant chirurgical, maintenant l’objectif est de le rendre sans contact et rapide. » Pour ce faire, un capteur multispectral, c’est-à-dire sensible à différentes longueurs d’onde, sera utilisé.
Pour éviter que des intrus tentent de tromper le système, le niveau de sécurité de l’appareil est plus élevé non seulement en raison de l’approche multispectrale, mais aussi grâce à l’utilisation d’images haute définition de toute la main. «Même si l’identification veineuse n’est pas très courante, il est primordial de pouvoir détecter les éventuelles intrusions d’attaques de présentation dès le départ», explique Sébastien Marcel, responsable du groupe de sécurité et de confidentialité Biometrics de l’Idiap.

Prévu pour durer deux ans, le projet CANDY développera un prototype pré-industriel de scanner veineux portable et cherchera également à déposer un brevet international. Cette technologie apportera une réponse opportune, une fois la pandémie derrière nous, au moment d’améliorer les technologies de sécurité dans le secteur de la santé.

Plus d’information

–     Global ID
–     Groupe de recherche sur la sécurité et la confidentialité de la biométrie de l’Idiap
–     Centre suisse de recherche et de tests biométriques

Article sur https://www.idiap.ch/en/allnews/sanitary-and-cyber-precautions-a-key-challenge-for-hospitals